L’actualité continue de bouger chez nos voisins ibériques. L’augmentation de la TVA du matériel scolaire, de 17% (oui, oui, 17%, de 4% a 21%), l’augmentation du chômage, et la perspective du sauvetage fait que le pessimisme augmente chaque jour un peu plus… L’Espagne s’enfonce dans la crise, le retour. (voir première partie)

Résumé de la crise Espagnole

3- Augmentation de l’immigration

Contrairement à ce qui a pu se passer par le passé après la guerre civile, l’immigration espagnole à l’étranger est un phénomène de jeunes diplômés. J’ai pu voir, dans mon entourage, deux cas de gens qui veulent « partir à l’étranger »:

  • Des jeunes diplômés, de très bonne qualification, souvent ingénieurs (sauf informatique) qui ne trouvent pas de travail, le plus souvent leur 1e emploi. La plupart ne sont jamais partis de chez eux, ou seulement pour un échange type Erasmus, et ils ont envie de commencer leur vie professionnelle, où que ce soit. Le départ est vécu la plupart du temps comme un sacrifice, de quitter son pays et son entourage, d’autant plus que la mobilité géographique en général est beaucoup plus faible qu’en France par exemple.

Ainsi, le numéro de travailleurs espagnols en Allemagne a augmenté de 11,5 % en un an, selon El Mundo, atteignant 46.000 travailleurs espagnols dans le pays, mais qui reste bien inférieur au nombre de Français enregistrés dans le même pays, qui étaient 114.000 en 2011, et légèrement inférieur au nombre de portuguais, qui sont actuellement 55.600 (il faut bien sûr remettre ces chiffres en rapport avec la population générale du pays, 40 millions en Espagne)

« Si on ne nous embauche pas ici, qu’allons-nous faire? Nous avons étudié et nous voulons travailler, alors si on veut pas de nous ici, nous allons ailleurs » peut-on entendre partout.

  • Des jeunes travailleurs qui ont l’opportunité de pouvoir partir à l’étranger et pouvoir augmenter leur salaire notamment, nettement supérieur à ce qu’ils peuvent gagner en Espagne. C’est le cas souvent d’infirmières, de médecins, de kinés, et d’ingénieurs informatique. Par exemple, selon cet article du journal Expansión, la demande pour partir à l’étranger de la part d’infirmières a augmenté de 200% cet été.

Les gens font la queue pour apprendre l’allemand, car ici, la plupart des gens savent au mieux parler anglais (et quelquefois français oui oui 😉 ) au pire, seulement espagnol.

On peut voir, depuis quelques semaines, des vidéos d’Espagnols qui vont en Norvège, sans savoir ni anglais ni norvégien, et qui se retrouvent sans un salaire suffisant pour se loger et manger, comme on peut le voir dans le reportage ci-dessous:

4- Augmentation générale de la TVA

C’est une des mesures les plus dures et qui vont, selon mon modeste avis, se faire le plus sentir. La TVA générale augmente de 18% a 21%, mais surtout ce qui est difficile est l’augmentation de la TVA sur les biens culturels (cinéma, théâtre…):

augmentation de 8% a 21% sur ces services!

Oui, vous avez bien entendu, augmentation de 12 points de la TVA sur les biens culturels. Et le pire de tout ça:

augmentation de 4% a 21% sur le matériel scolaire.

Oui, vous avez bien entendu, augmentation de 17 points de la TVA.

Alors, que va-t-il se passer dans les mois qui viendront? Sauvetage? Non-sauvetage? Augmentation du chômage? Amélioration de la situation économique?

Et parce qu’il faut rire un petit peu de tout ça, je vous invite à lire quelques titres humoristiques:

« Il achète un ticket d’Interrail parce que c’est moins cher qu’un abonnement de métro » dans el Jueves. Je traduis des extraits de l’article:

« C’est un fait que le transport en Espagne est au même prix que du caviar de Béluga servi par un escort de luxe. Qu’à Madrid, au lieu de contrôleurs, au prix que coûte le métro, on pourrait y mettre des majordomes. […] Pi, étudiant en sciences sociales, et chômeur en puissance depuis qu’il a choisi d’étudier, a trouvé le moyen d’économiser quelques sous:  « le prix de l’abonnmenent de métro est tellement cher qu’il est plus économique de m’acheter un Interrail Maroc-Espagne-Portugal.  […] En plus, ça a des avantages: j’ai pu aller au Portugal et acheter des serviettes pour toute la famille, ainsi l’économie est double. […] »

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à faire plaisir à vos amis et partagez-le 😉

Publicités